Forum Créole !


Re: Re: Re: le favoritisme lé present dan nout péi
De : Maronèr
Email :
Pays : La Rényon
Date : 3 May 2005


Ce que le réunionnais n'a pas compris c'est qu'en cherchant de l'affection dans l'autre (il n'aime pas son frère qui est lui même, sentiment hérité de l'esclavage...) , zist un pé pa bokou, nou domand pa ou bon pé nou..., il souhaite par exemple ce faire bien voir, en le mettant en l'air toujours pour suscité un minimum d'intérêt pour sa personne c'est à dire ce petit miséreux qui revient des flammes de l'enfer (oté nou fé pitié, nou fé aller kosa ou vé va fé, lé koma...)... Tandis que l'autre ne comprend rien à ce que le réunionnais se réfère à cette période de l’esclavage (inconsciemment) à cette misère présent dans nos mémoires et à l’Homme blanc qui aurait soit disant pour nous tout les savoirs, toutes les manières de vivres, touts les capitaux, tout les savoirs faire... Alors nous faisons de lui un être supérieur.

Il y a pourtant une bien grande différence entre celui d'hier et d'aujourd'hui il y a bien plus qu'une différence et celui d'aujourd'hui ne tient pas obligatoirement à devenir celui d'hier. Pourtant, entrant en terre colonial, colonisé à son tour celui-ci devient malgré lui le véhicule d'une symbolique représentation de la société par le réunionnais, ce qu'il n'aurait jamais imaginé devenir... Celui pense peut-être que c'est du a ses efforts, à son tempérament, à son vécu, a ses expériences, à sa personnalité, à ses diplômes et pourtant il devient malgré lui un colonisé qui perpétue également le colonialisme mental présent sur cette île, il doit comme les réunionnais renoncer à perpétuer ce colonialisme, véhiculer malgré lui par sa symbolique couleur blanche (venu de l'ailleurs, statut dans la société...). S'il est honnête, si il en a pris conscience, il doit dénoncer et se mettre du coté des réunionnais qui se batte pour la cause réunionnaise. Sans quoi il ne pourra pas être crédible auprès de la conscience qui s'élève et de la bombe à retardement qui attend un dérapage pour exploser. Oui, il y a urgence.

Dans un contexte coloniale comme le notre la démocratie n'existe pas, nous continuons à subir l'ailleurs, la modernité que le réunionnais n'a jamais été réellement acteur, la société de consommation et de loisir qui est artificielle puisqu'il n'y a pas de production puisque tout est importé, nous subissons les lois qui sont bien souvent inadaptables aux réalités rencontrés quotidiennement et qui tue le mode de vie à la créole, remplacé par quelques chose qui ne colle pas à la vérité, à l’histoire du vécu des Réunionnais... nous subissons donc également une démocratie de l'ailleurs que nous adoptons en y mettant une sauce coloniale réunionnaise, son interprétation et l'effet de distance doit y être pour quelques choses. Ce qui fait de notre environnement un apartheid qui favorise entre autre beaucoup de non-réunionnais, de capitalistes réunionnais qui réussissent à se faire oublier à se dissimuler dans la crise, et des corrompus qui bien entendu défavorise une grande majeur partie des réunionnais et du petit peuple. Tout c'est gens participent à entretenir volontairement l'ignorance qui est notre faiblesse.

Il y a, à mon avis différents facteurs qui se conjuguent et qui méritent d'être analysés qui pourrait permettre il me semble de comprendre le phénomène et la cause Réunionnaise pour lequel une poignée de Réunionnais fière de l'être se battent pour que le peuple ne meurt pas...

L'Etat colonial, le colonisé, le néo-colonialiste, la symbolique des couleurs et notamment le dualisme noir/blanc présent dans la société créole, l'inconscient collectif, l'identité réunionnaise, les assimilations, la créolité, les notions d’infériorités et de supériorités...

Restons kréol, Maronèr,


www.creole.org