Forum Créole !


Des SDF réunionnais pris pour cible par Léta Kolonial
De : Maronèr
Email :
Pays : La Réunion
Date : 11 Jan 2006


Des SDF réunionnais pris pour cible par Léta Kolonial

L'un des sans abrits s'appel Vasudeva c'est un enfant du Bu.Mi.Dom (l'oeuvre de Michel Debré !) après avoir été confronté à diverses discriminations (racisme à l'embauche, aux logements ...) sans parler des contrôles d'identités abusifs rencontrés en France, il a décidé de retourné en 1998 dans son pays d'origine. Cependant depuis son arrivé à la Réunion, il n'a jamais pu trouvé un emploi et de logement stable malgré sa formation de comptable. C'est ainsi qu'il erre de case en case entre les membres de sa famille et ses amis. Ils lui arrivent donc de squatter des lieux publics comme le local vide qu'il occupe actuellement à la pointe au sel. Avec les fêtes de fin d'année et la saison cyclonique déjà commencé, il a décidé de se poser et de s'abriter dans un endroit qui ne dérangerait personne. Il a donc élu domicile un vieux bâtiment, une maison appartenant au conservatoire du littorale abandonné depuis environ 3 ans qui n'a plus de porte et de fenêtre (des voisins non loin de là sont passés par là !). Une case en piteux état qu'il a nettoyé pour vivre dans un endroit décent. Il aurait pu passé quelques temps sans problème jusqu'au jour où il a du être entendu par la gendarmerie du Piton Saint-Leu qui lui on demandé après un long interrogatoire de quitté les lieux.

Les Mouvements anticolonialistes de la Réunion sont solidaire avec Vasudeva et shékar et tiennent à protester avec force la discrimination aux logements qui concerne tous les réunionnais de l'île. Quand des Réunionnais sont à la rue d'autres sont dans des villas ou bénéficie prioritairement des Habitations à Loyer Modérer.

Il y a la Réunion 25000 demandes de logements sociaux soit environ 80000 personnes qui seraient dans l'attente d'un logement. Autant dire 10% de la population, puisque notre pays compte environ 750000 habitants. Pour bien faire, il faudrait construire 10000 à 12000 logement par an pour satisfaire les besoins de la population Réunionnaise. Mais chaque année, on en construit à peine 4000 et nos frontières sont ouvertes ! Les Réunionnais s'entassent dans les cases devenues bien souvent malheureusement sources de conflit familiaux. Les conditions de vies ne sont pas toujours réunit pour l'épanouissement des victimes de l'exclusion sociale à la Française. Un domicile indépendant est le voeux de tout les Sans Domicile Fixe de l'île .

Nou lé solidèr ek nout bann zexclu rénioné,

Maronèr,


www.creole.org